États-Unis : Mumia échappe à la mort

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mumia Abu-Jamal a définitivement échappé à la peine de mort mercredi 7 décembre. Le procureur de Philadelphie Seth Williams a renoncé à faire exécuter Mumia Abu-Jamal mais a déclaré que celui-ci resterait « derrière les barreaux pour le restant de ses jours, et c’est là qu’il doit être. » Ajoutant qu’il n’avait « aucun doute » sur le fait que l’ancien journaliste et militant du mouvement des Black Panthers avait bel et bien tué le policier Daniel Faulkner, le 9 décembre 1981.

Depuis trente ans qu’il est enfermé dans le couloir de la mort, Mumia Abu-Jamal, « cause célèbre » internationale contre la peine capitale (il a même un timbre à son effigie en France), a écrit plusieurs livres et des dizaines d’articles. « Nombreux sont ceux qui considèrent que cette décision de la justice américaine est une victoire, a indiqué lors d’une conférence de presse à Philadelphie Ramona Africa, membre de l’organisation Move, très impliquée dans les efforts pour obtenir la libération de Mumia Abu-Jamal, mais c’est faux, car notre combat continue, on ne peut pas se contenter de cette décision. » Les partisans d’Abu-Jamal contestent depuis des années le manque d’équité des audiences qui ont conduit à sa condamnation à mort en 1982, par un jury exclusivement blanc.


Haut de page

Voir aussi

Extinction Rebellion sonne la révolte en France

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents