SNCF : les horaires ne passent pas

Une belle pagaille se prépare avec les changements d’horaires prévus le 11 décembre. Une coordination nationale des usagers du train appelle à la mobilisation dès le 12 décembre. Et l’Union syndicale Solidaires décrit une « organisation absurde du système ferroviaire ».

Thierry Brun  • 2 décembre 2011
Partager :
SNCF : les horaires ne passent pas

Le ton monte au sein des associations d’usagers du train et des syndicats. Alors que le gouvernement a lancé des « assises du ferroviaire » jusqu’en janvier 2012 (les premières conclusions sont prévues pour le mois de décembre), l’association des voyageurs usagers des chemins de fer (Avuc) a annoncé le 28 novembre la création d’une coordination nationale d’associations d’usagers contre la refonte des horaires proposés par la SNCF à partir du 11 décembre.

De son côté, le syndicat SUD-Rail a diffusé cette semaine un trac national de l’Union syndicale Solidaires destiné aux usagers de la SNCF. Intitulé : « Usagers, cheminots : quel chemin de fer voulons-nous ? », SUD-Rail explique que depuis des mois le syndicat « relaie auprès de la direction et des pouvoirs publics les craintes, étayées par des exemples précis, des cheminots qui préparent [les changements d’horaires des trains] *: rien n’y fait, la direction de la SNCF ne veut pas revenir sur ces choix inappropriés, qui coûteront plus cher à l’entreprise publique…* (…) Les usagers sont les premiers impactés par ces bouleversements d’horaires (…) Prendre en compte leurs remarques suppose de faire du sur mesure dans le tracé des sillons des horaires. C’est l’inverse que les pouvoirs publics ont décidé pour le service annuel 2012 ! » .

Dans un appel à la mobilisation dès le 12 décembre « contre les nouveaux horaires » , la nouvelle coordination explique que les associations, les collectifs et les usagers en général « attendaient beaucoup de la mise en place du « cadencement », condition indispensable à l’augmentation de la capacité du réseau ferré français. Ceci devait, en théorie, rendre enfin possible l’amélioration de la fréquence des dessertes et des correspondances dans nos gares. Malheureusement ce qui aurait dû être un progrès partagé par tous, ressemble davantage à une régression par manque d’ambition et d’une vraie vision de ce qui devrait être nos transports à l’aube de l’après pétrole » .

La coordination nationale des usagers du train du 11 décembre 2011 , qui regroupe une quinzaine de collectifs et associations d’usagers du TGV et des TER notamment de l’ouest, de Bourgogne, du Centre, du Nord-Pas-de-Calais (Lyon et Avignon ont été contactés) a recensé quelque 200 points litigieux dans le cadre de la refonte des horaires, qui se traduiront par des horaires inadaptés pour les usagers quotidiens ainsi que par des abandons et réductions de dessertes.

Pour sa part, le syndicat de cheminots SUD-Rail appelle à se mobiliser « contre la libéralisation du transport ferroviaire de voyageurs » et à « accueillir » le lundi 12 décembre à Paris gare de Lyon , « à notre manière le premier train privé de voyageurs » , dès 7 h 30. En effet, à cette date entrera en gare le premier train privé de voyageurs, un train de nuit en provenance de Venise qui était jusqu’à présent assuré par Artésia, filiale de la SNCF.

Nous avons aussi révélé grâce au témoignage d’un contrôleur de la SNCF que ces trains seraient conduit notamment par des conducteurs retraités. SUD Rail révèle que « plus aucun cheminot de la SNCF ne travaillera sur ce train » (Paris-Venise). « Les conducteurs seront rattachés au groupe Veolia et le personnel de bord à une filiale de la Lufthansa, LSG Sky Chefs » . En clair, ces entreprises ne prévoient pas de statut pour les conducteurs qui se verront appliqué la convention collective du transport ferroviaire fret.

Des voyageurs traités comme le transport de fret… Surprenante perspective. Conséquence : le trafic de train de nuit sur cette ligne va passer de deux aller-retour à un seul. Le service public ferroviaire est vraiment dans une mauvaise passe…

Associations et collectifs mobilisés

Associations solidaires du mouvement

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don