Annick Coupé : « L’intellectuel collectif »

Alors secrétaire générale de SUD-PTT, Annick Coupé avait rencontré Pierre Bourdieu pendant les grèves de 1995 et l’a côtoyé ensuite de nombreuses fois dans des réunions militantes.

Christophe Kantcheff  • 19 janvier 2012 abonné·es

Actuellement porte-parole de l’Union syndicale Solidaires, Annick Coupé revient sur la manière dont Pierre Bourdieu a collaboré avec le mouvement social dans les années 1995-2000. Un apport qui manque cruellement aujourd’hui.

Quelles sont les circonstances exactes de votre rencontre avec Pierre Bourdieu ?

Annick Coupé : Je l’ai rencontré pendant les grèves de novembre-décembre 1995, lors d’un meeting dans une salle près de la gare de Lyon. Représentante de SUD-PTT, j’étais là pour intervenir, tout comme lui, au titre de l’appel des intellectuels en soutien au mouvement. Nous avons échangé quelques mots. Malgré sa notoriété, il était relativement timide, plutôt en retrait. Nous avons vraiment fait connaissance quelques mois plus tard, à l’occasion de l’Appel des états généraux du mouvement social. L’idée était de créer un espace de rencontre et de réflexion entre syndicalistes engagés dans le mouvement de novembre-décembre, militants du mouvement associatif et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Boudieu, le savant et le politique
Temps de lecture : 5 minutes