Attentats meurtriers

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Une série d’attentats à la bombe et de fusillades ont fait 166 morts, le 20 janvier, à Kano, la deuxième ville du Nigeria. Ces actions ont été attribuées à la secte islamiste Boko Haram, fondée en 2002 sur le modèle taliban. Ce sont surtout des cibles chrétiennes qui ont été visées. Le lendemain, 10 personnes ont été tuées à Tafawa Balewa, une ville située sur la ligne de partage entre le nord du pays, majoritairement musulman, et le sud, chrétien. Beaucoup redoutent une guerre civile, les chrétiens ayant menacé de s’organiser en milices d’autodéfense. Le Nigeria est le pays le plus peuplé d’Afrique. Miné par la corruption, il regorge de pétrole, principalement au sud, dans la région de Port-Harcourt.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.