Bonne année, monsieur Prasquier !

«Annus horribilis » : ainsi Elisabeth II avait-elle qualifié 1992, pourtant quarantième année de son règne. Elle déplorait alors trois divorces et un incendie [[Le duc d’York s’était séparé de Sarah Ferguson, la princesse Anne de Mark Philips et bien sûr le prince Charles de Lady Diana. Et le château de Windsor avait brûlé… ]]. Richard Prasquier pourrait paraphraser la reine pour définir « son » année 2011 : il a lui aussi divorcé – d’avec l’opinion française – et il y a le feu à la maison Crif, qu’il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.