Les cobayes de la prime au mérite

La direction des hôpitaux de Saint-Maurice veut expérimenter un système de prime au mérite, à la place d’une partie de la prime annuelle de service. Une première en Île-de-France, qui est rejetée par les personnels, en grève illimitée. Les syndicats dénoncent une tentative d’imposer à l’hôpital la culture managériale du monde de l’entreprise.

On ne peut y échapper : une banderole orne l’entrée de l’hôpital Esquirol, des affichettes « Chasseurs de prime, osons dire non ! » sont collées partout. Très déterminés, les personnels des hôpitaux de Saint-Maurice, dans le Val-de-Marne, sont en grève illimitée depuis le 17 janvier contre l’instauration d’une prime au mérite. « On prend ça très mal » , s’indigne un agent hospitalier, assis à l’une des tables du self de l’hôpital Esquirol, lieu des assemblées générales. Fin décembre, un grand nombre des 2…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.