Italie : un tortionnaire démasqué

Politis  • 23 février 2012
Partager :

L’Italie peut se targuer d’avoir inventé à la fin des années 1970 une bonne part de l’antiterrorisme « moderne ». Détentions préventives à rallonge, prisons spéciales, exécutions et interrogatoires musclés. Les membres des Brigades rouges avaient déjà dénoncé lors de leurs procès, il y a près de trente ans, les traitements inhumains qu’ils avaient subis dans les locaux de la police politique, la Dogos.

Un livre est paru en Italie qui donne le nom de l’un des principaux responsables de ces supplices, Antonio Ciocia, surnommé en interne le « docteur De Tormentis » . Spécialités du fonctionnaire, recyclées plus tard à Abou Ghraib par les Américains : waterboarding, suspension pendant des heures par les bras ou anéantissement psychologique pour les femmes avec viol systématique…

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don