La banlieue auscultée

Précédée d’une polémique, l’étude menée à Clichy-Montfermeil par le sociologue Gilles Kepel a provoqué des commentaires polarisés sur la question de l’islam, au mépris d’autres aspects.

Ingrid Merckx  • 9 février 2012 abonné·es

Le sociologue Gilles Kepel l’assure : son étude sur Clichy-Montfermeil n’est « ni de droite ni de gauche, ni partisane ni idéologique, mais scientifique » . Si tant est que la science puisse rester neutre, en particulier sur un tel sujet : « L’articulation entre société, politique et religion en banlieue » . A fortiori dans le contexte dans lequel cette enquête a été lancée : au printemps 2010, dans le berceau des émeutes de 2005, Clichy-Montfermeil, en plein débat sur l’identité nationale. Le tout piloté par un professeur de Sciences-Po réputé pour ses travaux sur l’islam, et commandé par l’Institut Montaigne, think-tank libéral. D’où une controverse née en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes