L’écologie selon Marine Le Pen

« L’écologie n’est pas pour moi un sujet secondaire. » Cette affirmation de Marine Le Pen pourrait surprendre si son écologie ne prenait pas pour cible les ressortissants du Maghreb et l’abattage rituel.

Michel Soudais  • 23 février 2012
Partager :

Illustration - L’écologie selon Marine Le Pen

Lille, samedi après-midi. Le FN est réuni en convention présidentielle et devant quelques 500 cadres et militants, le parti d’extrême singe une émission de télé où les des électeurs interrogent, dans de courtes vidéos, Marine Le Pen. Après une première réponse de ses conseillers qui déroulent le programme « officiel » de leur championne, cette dernière délivre un laïus plus personnel. Sur l’écologie, elle attire ainsi l’attention de ses auditeurs « sur deux ou trois points » . Cinq, en fait.

1. La recherche. « Parce que les énergies nouvelles ne pourront être trouvées que si l’on investit massivement dans la recherche. » Elle vante alors ce qu’elle appelle « l’or bleu » , c’est-à-dire les 11 millions de km2 de surface maritime, qui font de notre pays « le plus riche du monde » , où l’ « on trouvera demain les énergies nouvelles » .

« L’écologie n’est pas secondaire »

2. La « sécurité des produits qu’on nous vend » . Elle met en garde son auditoire contre la norme CE qui n’est une garantie d’aucune sorte faute de contrôles. Et s’engage à « embaucher des contrôleurs » .

La Norme CE ne vaut rien

3. La circulation dans notre pays , « conséquence de la disparition des frontières » . « On nous parle de CO2, de pollution… Mais nous sommes un pays de transit, au centre de l’Europe, et il y a des centaines de milliers, et même des millions, de véhicules qui passent par la France pour aller du Nord au Sud, (…) pour atteindre les pays du Maghreb. Or nous prenons en charge cette circulation. C’est nous qui payons les routes, les entretiens, et il n’apparait pas qu’il y ait une contribution qui soit payé pour l’usage de nos routes et la dégradation de l’environnement qui en est un peu la conséquence. Il faudra réfléchir à cela. »

Haro sur ces véhicules qui transitent du Nord au Sud

4. Le bien-être des animaux. « Je n’aimerai pas qu’on parle d’écologie sans parler au moins un peu, parce que ça me touche moi particulièrement, de la manière dont on traite nos animaux. Là encore Nicolas Sarkozy a fait de grandes promesse, notamment à Brigitte Bardot, or aucune amélioration n’a été engagé en matière de conditions de transport des animaux qui sont bien souvent scandaleuse et bien souvent le fait, il faut le dire, de société de transport des pays de l’Est. Puisque nous n’avons pas de frontières eh bien nous n’avons pas de contrôle, c’est aussi simple que cela. » Elle évoque aussi brièvement « l’élevage en batterie d’un certain nombre d’animaux destinés à l’alimentation ».

Les promesses non tenues de Sarkozy aux animaux

5. L’abattage rituel et le halal. « Je ne voudrai pas poser ce micro sans parler de l’abattage rituel qui aujourd’hui s’est généralisé » , lance pour finir Mme Le Pen en invoquant « les souffrances inadmissibles que l’on fait vivre, selon elle, aux animaux » . A cet instant sa voix est fréquemment couverte par les applaudissements et encouragements d’une salle hystérique.

Poursuivant néanmoins sa diatribe , la candidate d’extrême confie à ce public militant, pour la première qu’elle a demandé à ses « juristes d’intenter une action contre un certain nombre de réseaux de la grande distribution » car, selon ses informations, « il n’y a plus en Ile-de-France un abattoir qui ne soit halal » et « que toute la viande qui est consommée en Ile-de-France, sans que lesconsommateurs le sache, est exclusivement de la viande halal » . Une affirmation contestée qui enclenchera vite une polémique qu’elle compte exploiter massivement dans la campagne.

Haro sur le halal, la salle exulte

Mardi matin, sur France inter , interrogé par Patrick Cohen, Marine Le Pen a le front de nier avoir dit que 100% de la viande distribuée en Ile-de-France était halal. Un mensonge de plus.

« Je n’ai jamais dit… »
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don