Années vraiment folles

Du Victor de Vitrac
à la Donata de Pirandello, deux pièces sur les doutes
de l’entre-deux-guerres.

Victor ou les enfants au pouvoir, c’était en 1928. Proche du groupe surréaliste, Roger Vitrac imaginait la journée folle d’un enfant de 9 ans, Victor, qui, à l’occasion de son anniversaire, inverse la fête organisée par sa famille et sème une perturbation générale avant de mourir le soir même. C’est, d’abord, un ­guignol antibourgeois, antimilitariste et anticlérical, que l’auteur a situé en 1909 pour bien indiquer que c’est au monde imbécile d’avant 1914, fauteur de grande guerre, qu’il s’en prenait. En…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.