Des singes sur le front radioactif

Dernière trouvaille au pays de l’électronique et de la robotisation, pour évaluer la répartition de la radioactivité sur une zone d’au moins 3 000 km2 autour de Fukushima : envoyer des singes et des sangliers cartographier l’intensité de la contamination des sols et de la végétation, que les spécialistes n’ont toujours pas réussi à établir avec suffisamment de finesse. Un rapport publié la semaine dernière par le ministère de l’Environnement confirme de très forts niveaux de pollution par endroits, avec…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.