Fukushima, la fiction à l’essai

Yoko Tawada aborde la catastrophe nucléaire à travers un brassage de langues et de cultures.

Des essais, des articles et des chroniques, plus rarement de la fiction. Tel est le ­paysage littéraire de l’après-Fukushima, dense, aussi hésitant et hétérogène qu’en Haïti au lendemain du séisme, et que partout au monde à la suite d’une catastrophe naturelle ou humaine. C’est dans ce contexte, où chaque écrivain tâtonne, que Yoko Tawada publie son Journal des jours tremblants. De façon explicite, ce titre inscrit l’auteure dans la lignée de ses confrères japonais qui ont traité du tsunami et de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.