Le boulet Woerth

Politis  • 8 mars 2012
Partager :

L’instruction de l’affaire de l’hippodrome de Compiègne s’intensifie. Véritable boulet pour la campagne de Nicolas Sarkozy, elle a connu un nouveau tournant après que les juges Roger Le Loire et René Grouman ont procédé à une perquisition au siège de l’UMP. Le principal accusé, l’ancien ministre du Budget, Éric Woerth, est soupçonné d’avoir autorisé la session d’un terrain de 57 hectares, intégrant l’hippodrome de Compiègne, à un prix anormalement bas (2,5 millions d’euros). Il est sous la menace d’une mise en examen pour « prise illégale d’intérêts » . Les juges de la Cour de justice de la République avaient, en effet, évalué la « valeur vénale   » de l’ensemble litigieux à 8,3 millions d’euros. Éric Woerth assure toujours n’avoir eu aucun intérêt à favoriser la vente de l’hippodrome de Compiègne. Le doute est permis…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don