Le piège tendu à Hollande

Le candidat du PS joue la carte d’une normalité effacée. Au risque de se priver de tout élan populaire ?

Michel Soudais  • 22 mars 2012 abonné·es

François Hollande, c’est un peu le premier de la classe. Il est tellement appliqué, s’efforce tellement de faire « président » qu’il en est rasoir. « Je ne suis pas un contre-président, je suis le prochain » , assurait-il après sa victoire dans la primaire socialiste à la une de Libération (7 novembre). Ce sentiment d’être déjà dans la fonction ne le quitte pas. Lundi matin, sur France Info, tout en saluant l’engouement suscité par Jean-Luc Mélenchon, il le minimisait : « Moi, je veux gagner. Je ne suis pas dans un jeu de rôle… Je ne peux pas me laisser aller, être dans la surenchère. Ma

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes