Dossier : Après Toulouse, la récupération

Une horreur qui pose des questions

Pour Dominique Vidal, la folie de Toulouse interroge les injustices du monde et le rôle des politiques.

Pourquoi Mohamed Merah a-t-il tué par sept fois froidement et lâchement ? On ne le saura jamais avec certitude puisqu’il est mort – dans des conditions qui restent à déterminer, comme d’ailleurs celles qui lui ont permis, bien que surveillé, de perpétrer ces horreurs1. À l’instar de Khaled Kelkal en 1995, le « tueur au scooter » fera l’objet de polémiques entre psychiatres et sociologues désireux d’expliquer l’irruption de cette violence plus terrible encore, que rien, bien sûr, ne saurait justifier. Qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.