L’armée française mise en cause

C’est l’histoire de 72 migrants, majoritairement d’Afrique subsaharienne, qui fuient la Libye sur une embarcation de fortune. La faim, la soif, le manque de carburant les poussent à faire des appels de détresse. En plein conflit libyen, des navires de l’Otan, notamment de la flotte française, patrouillent en mer. Mais les migrants n’obtiennent aucune réponse et 63 d’entre eux trouvent la mort. Un an plus tard, les survivants, aidés par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents