Par villes et par gens

Douze photographes réunis au pavillon Carré de Baudouin,
à Paris, sur le thème
de l’espace urbain.

Bicentenaire de l’indépendance haïtienne en 2003. Caroline Pottier est sur place pour croquer du portrait, celui des héritiers de la première république indépendante d’une population majoritairement noire, en 1803. Des petites gens, en noir et blanc. Des couturières dans un atelier, un gosse à l’école, une femme dans une épicerie. Des portraits portés par les tensions, une densité éclaboussant le cadre. En 2012, la photographe se concentre sur d’autres Haïtiens, exilés à Paris et en banlieue. Des plans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents