Quand les matons grognent

Dépassé par la surpopulation carcérale, le personnel de l’administration pénitentiaire bloque les établissements.

Jean-Claude Renard  • 19 avril 2012 abonné·es

À Caen, à Rennes, à Varces, ou encore à Fresnes et au Pontet, aux Baumettes et à Grasse. Plusieurs prisons ont été bloquées au cours de la première semaine d’avril, à l’appel des syndicats (FO et CGT notamment), par les salariés de l’administration pénitentiaire. Des mouvements qui ont empêché le transfert des prisonniers, les visites au parloir et les diverses activités internes comme le sport ou les ateliers de travail.

Les revendications et les motifs sont nombreux. Des problèmes de statut, la sécurité des agents, des salaires très faibles, une dégradation générale des conditions de travail et des moyens. Loin de tout ce qui peut garantir les missions de réinsertion passant par l’écoute, l’attention, le suivi individuel des projets, les différentes prises en charge. La mutinerie est donc aujourd’hui du côté des matons.

À y regarder de près, c’est la surpopulation carcérale qui est en cause. La France compte plus de 66 400 détenus pour 55 000 places. Dans certaines maisons d’arrêt, le taux d’occupation est de 150 %, parfois 180 %, avec trois personnes dans 9 m2. « Plus de prisonniers, c’est plus de travail », dénoncent les surveillants. Et cela ne s’accompagne ni de recrutements ni de hausses de salaire.

Les nouvelles prisons n’y changent rien, véritables usines déshumanisées, où les surveillants sont remplacés par des systèmes électroniques (portes, grilles et caméras). Les tensions ne cessent de s’accentuer, conséquences d’un tout-répressif.

Société
Temps de lecture : 1 minute

Pour aller plus loin…

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »
Précarité 12 juillet 2024

Pauvreté : « Tous les indicateurs sont mauvais »

La précarité progresse en France, comme en témoignent les dernières données publiées par l’Insee. Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, tire la sonnette d’alarme.
Par Maxime Sirvins
« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre
À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent
Reportage 10 juillet 2024

À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent

Le 3 juillet, une marche rurale, sociale et syndicale, organisée par le collectif Réveillons la résistance, a eu lieu dans cette ville marquée par l’histoire. Une première mobilisation pour tisser des solidarités entre campagnes et quartiers populaires, et rappeler les dangers de l’extrême droite.
Par Vanina Delmas