Une révolution entravée

Plus d’un an après la chute de Ben Ali, l’absence d’épuration et l’incompétence des islamistes d’Ennahda menacent les acquis démocratiques. Cernée par la répression, la société civile ne renonce pourtant pas.

Avant de devenir professeur de philosophie, Jamel Tlidi a longtemps milité à l’université de Tunis. Aujourd’hui, lorsqu’il s’agit de donner un nom au 14 janvier 2011, fin du régime Ben Ali, il marque un silence, pour finalement qualifier l’événement d’« enrifa », qui veut dire diminution en arabe. Le terme « révolution » ne lui convient pas, il penche plus pour un « relâchement du système autoritaire ». La soudaine liberté d’expression et d’association a certes bouleversé le quotidien des Tunisiens. « Une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.