Cannes : le septième art hors champ

Pendant le festival, la télévision célèbre le cinéma... sans jamais parler des films. De la promo et rien d’autre.

Air connu. Mieux même : marronnier. Chaque année, en mai, la Croisette livre son tourbillon médiatique. Certes, en 2011, concurrencé par l’affaire DSK, et, cette fois, taquiné par les premiers pas du gouvernement socialiste. Mais le Festival de Cannes reprend rapidement sa place sous les projecteurs. Puisque le cinéma est affaire d’image, au sens large, les télés s’y pressent. Pour les acteurs, pour les réalisateurs et les producteurs, il ne s’agit pas seulement de séduire les jurés mais aussi le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents