Erika : une marée noire blanchie ?

La Cour de cassation pourrait annuler la condamnation de Total, pourtant jugé responsable de la catastrophe écologique de l’ Erika .

Plus de 30 000 tonnes de fioul lourd déversées sur 400 kilomètres de côtes bretonnes. Et peut-être un blanchiment juridique complet si la Cour de cassation suit l’avocat général, qui a argumenté la semaine dernière en faveur de l’annulation de plus de dix ans de procédure consécutive au naufrage de l’Erika en décembre 1999. L’appel, en mars 2010, avait pourtant confirmé la condamnation de l’affréteur Total, de l’armateur, du gestionnaire et de l’organisme qui avait certifié le pétrolier « bon pour le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents