Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Le deuxième tour du petit écran

Résumé de la soirée électorale sur le petit écran.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Comme au premier tour de cette présidentielle, les chaînes d’info continue ont affiché sur leur écran un compte à rebours depuis samedi, et tourné en boucle les chiffres de participation depuis midi. Dès 16 heures, le site de la Radio Télévision Belge (RTBF) a annoncé la victoire de François Hollande, avec 52,5 %, voire 53 % de voix, selon trois instituts de sondages.

Volet familial sur le service public

Après quoi, de 17 heures jusqu’à 20 heures, il a fallu meubler, pour toutes les chaînes. Les chiffres de la participation, les images des candidats ayant voté, les QG de campagne.

À 20 heures, France 2 se projette d’emblée sur les images de Thomas Hollande, fils de… Puis l’émotion de Ségolène Royal. Le service public a choisi le volet familial. Et coupe court pour donner la parole à Jean-François Copé, dont les « premières pensées vont vers Nicolas Sarkozy, qui a été un grand homme d’Etat » . Très discrètement, pendant que Clémentine Célarié s’exprime depuis la place de la Bastille, le patron de l’UMP s’éclipse. Raffarin prend le relais et prône une UMP diverse, Jean-Marc Ayrault souligne l’intérêt de la mobilisation aux législatives. A 20h 20, déjà, en direct de la Mutualité, le feu président se fend d’un discours où « l’amour de la France en ressort toujours plus grand » . Une homélie plus qu’un discours. L’homme de l’Elysée salue « la France éternelle » . Sur le plateau de France 2, Rachida Dati, Nadine Morano écrasent des larmes. Cette dernière s’emballe vite : « Je ne voudrais pas que les Français se réveillent avec une gueule de bois » . Elle s’insurge sur les attaques continuelles contre Sarkozy depuis cinq ans. Xavier Bertrand clame « l’unité de l’UMP » , et s’adresse à « une France populaire » .

Sur TF1, NKM reproche à Marine Le Pen « d’avoir fait appel à voter blanc et, de fait, d’avoir favorisé l’élection de François Hollande, faute d’avoir pris ses responsabilités » . En somme, elle reproche au Front national de n’avoir pas pris fait et cause pour Sarkozy… À la suite, Rama Yade et Laurent Fabius déroulent un discours convenu. De son côté, France 3 lance Hibernatus et son De Funès du dimanche soir. À 21 h 30, François Hollande déploie son discours depuis Tulle. Gravement, sérieusement. Trente minutes après, les caméras de toutes les chaînes suivent la voiture de François Hollande en route pour son aéroport. En attendant, la Bastille s’est remplie, attend ses stars, entre Yannick Noah et Sanseverino.

Ni Chantal Jouanot, ni Gérard Longuet, ni Claude Guéant ne sont sur les plateaux. Requiem in pace. En attendant sans doute, au sein de l’UMP, la nuit des longs couteaux…

La soirée électorale, c'était aussi sur twitter :


Haut de page

Voir aussi

Articles récents