Syrie : l’impossible mission Annan

Le massacre de Houla souligne l’échec de l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe.

La situation paraît inextricable en Syrie. Quelques jours après le massacre perpétré par le régime à Houla, le retour à Damas de l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe paraît voué à l’échec. Depuis la nomination de Kofi Annan, en février, pour une médiation dans le conflit syrien, les crimes du clan Assad se sont multipliés, alors même que le plan prévoyait un cessez-le-feu et un retour des soldats dans leurs casernes. Suprême affront, le 9 mai, c’est un convoi des observateurs de l’ONU qui était visé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents