À contre-courant / Rio Business ou l'imposture « verte »

À Rio de Janeiro, le sommet de la Terre s’annonce sous les auspices d’une participation sans précédent des multinationales et des lobbies financiers et industriels de toute sorte. Le choix de l’économie verte comme sujet majeur fait appel d’air : qui peut parler de l’économie verte à l’heure où seuls quelques malheureux dollars abondent les fonds publics multilatéraux ? Depuis le sommet de Rio 1992, le Business Council for Sustainable Development (BCSD) était déjà bien présent. Depuis, le Global Compact…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents