Aristophane, jeune auteur qui monte

Serge Valletti adapte librement l’œuvre du dramaturge grec. Un vrai bonheur !

Saviez-vous qu’Aristophane, le bouillant farceur d’Athènes dans les années 400 (avant Jésus-Christ), mettait dans la bouche de ses personnages des jurons du type : « Carambouilleur ! Vile tache ! Tarte à merde ! Vis sans fin ! » ? Ou des formules du genre : « Mon pauvre, vous ne savez pas où vous tombez les pieds. Ici, c’est pas le Martinez ! » ? Saviez-vous également qu’il n’a pas écrit Ploutos mais l’Argent, L’Assemblée des femmes mais Cauchemar d’homme, les Grenouilles mais Reviennent les lucioles !,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents