Birmanie : « L’optimisme prudent » d’Aung San Suu Kyi

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Novembre 1991 : Aung San Suu Kyi se voit décerner le prix Nobel de la Paix. Alors placée en résidence surveillée, l’opposante à la junte militaire birmane confie à son mari et à ses deux fils le soin de la représenter lors de la cérémonie. Samedi 16 juin, la Dame de Rangoon a enfin pu se rendre à Oslo pour y tenir son discours de réception, vingt ans après en avoir été lauréate. Solennel, le ton était aussi résolu et engagé. Récemment élue députée au Parlement birman, celle qui a acquis le statut d’icône des droits de l’homme a fait part de son « optimisme prudent », alors même que son pays entame une transition démocratique. Elle a par ailleurs demandé la libération de prisonniers politiques birmans.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents