Des peines sévères pour l'« ultragauche »

Accusés de « préparation d’acte terroriste », cinq jeunes ont été condamnés à des peines de 6 mois à 1 an de prison ferme.

En 2007, soit plus d’un an avant Tarnac et l’interpellation de Julien Coupat, l’« affaire de la dépanneuse » aboutissait à l’arrestation de six jeunes alors âgés de 23 à 25 ans, étiquetés « ultragauche ». Après cinq années d’une instruction étrangement sous-médiatisée, le tribunal correctionnel de Paris a rendu lundi 25 juin son verdict : une relaxe et des condamnations d’emprisonnement allant de six mois à un an ferme. En mai 2007, un engin explosif est découvert sous une dépanneuse de police stationnée…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.