Espagne : « Le gouvernement improvise »

Selon l’économiste Juan Torres López, la chute des banques était prévisible, et le pouvoir politique continue d’entretenir le secteur bancaire dans une totale irresponsabilité.

À reculons, après avoir nié presque jusqu’au bout avoir besoin d’une aide, l’Espagne, quatrième économie de la zone euro, a finalement accepté un plan européen de 100 milliards d’euros pour sauver ses banques. Madrid est sous étroite surveillance après les difficultés « soudaines » de Bankia, troisième banque du pays. Que pensez-vous du sauvetage de Bankia par le gouvernement Rajoy ? Juan Torres López : Le sauvetage de Bankia se fait dans la plus grande improvisation. Le gouvernement Rajoy met en place des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents