Justice : Prélèvement ADN constitutionnel ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 19 juin, la Cour de cassation a rejeté quatre questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) concernant le Fichier national des empreintes génétiques (Fnaeg). Toutes soulevées par l’avocat du militant Xavier Renou, qui comparaissait devant le tribunal de Senlis en mars dernier pour refus de prélèvement ADN. La principale question portait sur le caractère « non-codant » des empreintes prélevées. Selon la loi, celles-ci ne sont pas en mesure de livrer des informations sur l’origine géographique ou sur des maladies, ce que certaines études scientifiques contestent aujourd’hui. Les avocats de Xavier Mathieu, ont déposé quatre autres QPC (examen le 11 juillet).


Haut de page

Voir aussi

Articles récents