Législatives : une soirée mi-figue mi-raisin

Récit de la soirée électorale sur le petit écran, au soir du premier tour des élections législatives, dimanche 10 juin 2012.

Jean-Claude Renard  • 10 juin 2012
Partager :
Législatives : une soirée mi-figue mi-raisin
© Image : Capture d'écran / France 2

Ça n’a pas loupé. CSA oblige, temps de parole et pataqui pataquès, les chaînes de télé ont martelé toute la journée de ce dimanche le seul chiffre disponible : le taux de participation.

Entre la finale de Roland-Garros, et la belle affiche de l’Euro de foot entre l’Espagne et l’Italie, l’avant soirée électorale a eu forcément du mal à trouver son chemin. France 2 se targue d’un plateau constitué de Vincent Peillon, Martine Aubry, Louis Alliot, Marielle de Sarnez et Rachida Dati. Sur TF1, c’est Laurent Fabius, Cécile Duflot, Brice
Hortefeux, Florian Philippot, et François Fillon (fidèle à la maison mère) qui assurent la besogne. Sale besogne pour les encartés de l’UMP. Ils le savent. Pas de Front de gauche nulle part. Un oubli ?

À l’écran, ça grimace. Pour les représentants du PS, les chiffres sont bons. Mais pour Martine Aubry , « rien n’est joué » . Au micro de France 2, pour Jean-François Copé, le chiffre de l’UMP est supérieur au
PS « si on lui retire son extrême gauche » , soit « les voix du Front de gauche » .

Dans le même esprit, Fillon estime que les chiffres sont bons pour un PS allié à un parti « non républicain : le Front de gauche » . À 21 h 27, TF1 jette l’éponge. Place à une série américaine. Dans le même temps, sur le service public, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon entament un débat.

Et une querelle de chiffres. Sans fin. Jean-Luc Mélenchon ne peut dissimuler sa défaite. Sur le plateau de France 2, Copé réclame à nouveau un débat avec le chef du gouvernement. Cerise sur le gâteau : Caroline Fourest, sur France 2, en spécialiste d’on ne sait quoi, aux côtés de Franz-Olivier Giesbert. « La droite se droitise. » Sans blague ?…

À vrai dire, on attend les matches retour.

Médias
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don