Les paquebots de la démesure

L’échouage du Costa Concordia n’a guère freiné l’engouement pour les croisières, et la course aux navires géants se poursuit malgré les risques croissants pour la sécurité des passagers comme pour l’environnement.

Et un de plus ! La semaine dernière, avec tout l’apparat de rigueur, MSC Cruises baptisait à Marseille le Divina, son plus gros paquebot de croisière, qui a coûté près de 600 millions d’euros. Une impressionnante et disgracieuse barre d’immeuble de 333 mètres de long, 18 ponts et une capacité maximum de près de 4 400 passagers. MSC Cruises, premier croisiériste en Méditerranée (1,4 million de passagers prévus en 2012), investit à tour de bras depuis cinq ans. Le gigantisme est une tendance lourde du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents