Paraguay : Renversement du président de gauche

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’ancien « évêque des pauvres », comme on le surnomme au Paraguay, Fernando Lugo, devenu en 2008 le premier président de gauche depuis soixante-deux ans, dans ce pays pauvre qui a connu pendant trente-cinq ans l’effroyable dictature d’Alfredo Stroessner, a été destitué par le Parlement vendredi 22 juin. Son allié de raison, avec qui il avait dû constituer une majorité pour être élu, le Parti libéral, centriste et pro-américain, représentant traditionnellement des grands propriétaires terriens, lui a soudain retiré son appui et a dirigé au Sénat un « procès politique en destitution » expéditif à son encontre.

Il semble que Fernando Lugo, accusé d’avoir « mal rempli ses fonctions » (sic), ait trop montré son soutien au mouvement des paysans « sans terre ». Une semaine plus tôt, des heurts violents ont entraîné la mort de onze d’entre eux et de six policiers. Federico Franco, le dirigeant du Parti libéral qui a succédé à Fernando Lugo, a d’ailleurs refusé de créer une commission d’enquête sur ce massacre… À l’annonce de la destitution du président Lugo, tous les États dirigés par la gauche sud-américaine – Brésil, Argentine, Chili, Bolivie, Équateur, Venezuela, Nicaragua, Cuba – ont protesté contre ce « coup d’État illégitime » et ont tous rappelé leurs ambassadeurs. L’Union européenne a appelé au « respect de la volonté démocratique ». En revanche, les États-Unis et leur plus fidèle allié dans la région, le Panama, se sont contentés de déclarations pour « appeler au calme au Paraguay ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents