Tant d’incertitudes en Tunisie

Le nouveau régime doit relancer une économie sinistrée et trouver un consensus sur la question laïque. Deux immenses défis.

Jacques Duplessy  • 28 juin 2012 abonné·es

« Nous partageons tous le rêve d’une Tunisie démocratique, c’est ce qui nous permettra de relever les défis malgré nos divergences politiques », affirme la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mehrezia Labidi, membre d’Ennahda, le parti islamiste modéré vainqueur des élections. Un an après la chute du président Ben Ali, l’incertitude règne dans le pays. La plupart des Tunisiens déplorent que « rien n’ait réellement changé » et que leurs conditions de vie soient toujours aussi difficiles. Ils reconnaissent quand même un acquis de taille : la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Révolutions arabes : la longue marche
Temps de lecture : 6 minutes