Un front indigène à Rio

Bien organisés, les Indiens du Brésil réclament le respect de leurs droits
à la terre et l’arrêt de la construction du barrage de Belo Monte.

Les communautés indigènes ont imprimé une forte marque colorée à Rio. Elles annonçaient près de 1 500 des leurs, venus pour défendre leurs intérêts auprès de la conférence officielle Rio+20 et participer au Sommet des peuples des altermondialistes. Un joli coup de communication, avec ses petits intérêts mercantiles : de l’artisanat indien à la portée du militant blanc, qui sollicite régulièrement la photo au côté d’une peau cuivrée et dûment maquillée. Ici, le folklore est habilement détourné pour la bonne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents