université : contre l’évaluation des enseignants-chercheurs

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En avril 2009, le décret Pécresse lançait l’idée d’évaluer les enseignants-chercheurs de façon systématique tous les quatre ans. Le 14 mai dernier, la Commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU) a renouvelé son approbation pour ce texte qui n’est toujours pas entré en vigueur. Lors de sa rédaction, les enseignants-chercheurs avaient dénoncé un moyen de pression sur la production de leurs articles. Depuis le 11 juin, une pétition réclame l’abrogation du décret mis en cause. « Temps et liberté sont les conditions de la recherche universitaire. Ces conditions sont minées par une évaluation systématique qui conduira à instaurer un esprit de conformisme et de soumission », explique la pétition, en ligne sur Internet. Lundi 18 juin, à 18 h, elle enregistrait 5 488 signatures.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents