À contre-courant / La nature, nouvelle frontière du capitalisme

Le capitalisme financier est en crise profonde. Dans son aveuglement, il distingue des planches de salut vertes et il sait que des contraintes écologiques fortes se profilent. Comment transformer ces contraintes en opportunités ? Trois stratégies sont mises en œuvre. La première est celle de l’appropriation élargie des ressources naturelles existantes ou à découvrir : ressources du sol, des terres, de la biomasse, du sous-sol (minerais, sables bitumineux, gaz de schiste, forages en eau profonde), des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents