Immigration : témoignage d’un rescapé du « bateau cercueil »

Le 26 mars 2011, une barque chargée de 72 migrants quittait la Libye en guerre. Seuls neuf d’entre eux ont pu rejoindre en vie la terre ferme.

C’est l’histoire d’un massacre qui aurait pu être évité. Le 26 mars 2011, 62 migrants africains partent rejoindre l’Europe sur une embarcation de fortune. Au bout d’une quinzaine d’heures de navigation, le bateau se perd. A bord, l’eau manque, tout comme la nourriture et le carburant. Les téléphones portables permettent de joindre un prêtre érythréen basé à Rome. L’homme prévient à son tour les gardes côtes italiens. Est-ce ce coup de fil qui permit à un avion militaire d’envoyer des vivres aux naufragés ?…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents