La mondialisation du ballon rond ne connaît pas la crise

Si on m’avait dit qu’un jour j’irais traîner ma souris sur un site de foot… Tout a commencé par un titre entrevu à la sauvette sur le journal posé sur les genoux de mon voisin de métro : « Les transferts ont brassé 3 milliards de dollars en 2011 ». Alors, quitte à fouiner sur le web, autant visiter la maison mère ; et c’est comme ça que je me suis retrouvé sur le site de la Fifa, Fédération internationale des associations de football. « Associations » : ça vous a tout de suite un air de patronage alors que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents