La santé pas mieux traitée

Marisol Touraine veut remettre la notion de service d’intérêt général au centre du système de soins, mais les mesures budgétaires ne suivent pas.

Grand oublié de la campagne électorale et parent pauvre de ce nouveau quinquennat. Rangé loin derrière l’éducation, la justice ou la sécurité, le secteur de la santé n’est pas une priorité pour le gouvernement Ayrault. Il devrait même servir de variable d’ajustement à un budget revu à la baisse. Marisol Touraine, ministre de la Santé, clame pourtant sa volonté de revenir à un hôpital de service public. Mais bien peu de choses semblent envisagées pour donner corps à cette promesse. Aide médicale d’État…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents