Pierres qui roulent amassent la mousse

La Telecaster m’en tombe des mains. Il est là, devant moi, au guichet SNCF, se pavanant devant l’employée. Fier comme s’il venait de découvrir l’Amérique ou la machine à fabriquer des sucettes au vin rouge. Avec sa veste Armani, sa Rolex au poignet, ses chaussures Gianni Emporio, ses Police sur le nez. Exhibant, à qui veut bien la voir, sa carte de crédit Société générale siglée du logo stonien à la langue rouge et sensuelle. Les Stones sur une carte bleue ? Non, pas possible, « ils » n’ont pas fait ça !…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents