Sénégal : « Ici c’est la famine, là-bas la mort »

Le village de réfugiés mauritaniens Arifounda-Beylane, au Sénégal, ne reçoit plus d’assistance du HCR depuis 1996.

La charrette circule depuis deux bonnes heures sous une lune voilée. La piste sableuse à peine marquée est faiblement éclairée, mais c’est largement suffisant pour le conducteur. Il connaît toutes les ornières, les zones marécageuses, les touffes d’épineux où il faut bifurquer. Les lumières de Ndioum, l’une des principales villes du département septentrional de Podor, ont disparu depuis longtemps. La région, qui fait face à la province mauritanienne de Brakna, l’une des plus dévastées par les déportations…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents