Théâtre : Des précieuses pas si ridicules

Pour les Fêtes nocturnes de Grignan, le Québécois Denis Marleau tire les Femmes savantes vers les années 1950.

Tenues légères, sautillements d’allégresse et lourdes valises portées par des valets : tout, dans l’entrée en scène des comédiens de la compagnie UBU dirigée par Denis Marleau, a un air de vacances. De bourgeoisie aussi, dont témoigne le raffinement des jupes gonflantes, des parures féminines et du négligé savant arboré par les hommes, grâce au superbe travail de la costumière Ginette Noiseux. Ce travail permet de situer ces Femmes savantes dans les années 1950, sans que soient nécessaires des symboles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents