Tunisie : Ennahda sauve sa cohésion

Pour son premier congrès depuis qu’il est au pouvoir, le parti islamiste conduit par Rached Ghannouchi a réussi à faire cohabiter plusieurs générations de militants et ses nombreuses sensibilités.

Tous les regards étaient tournés, ces jours-ci en Tunisie, vers le premier congrès d’Ennahda de l’ère post-dictature. À l’issue d’un marathon de quatre jours, les 1 103 congressistes ont reconduit lundi soir Rached Ghannouchi à la tête du parti, avec une majorité confortable de 73 % des voix, et approuvé un projet alignant des bonnes intentions convenues : justice sociale et développement durable, notamment. Mais derrière cet apparent statu quo, le mouvement islamiste, contraint à la clandestinité par la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents