Disparition d’une intransigeante

Catherine Lépront est décédée ce 19 août.

Récompensée par le prix Goncourt de la nouvelle pour Trois Gardiennes en 1992, Catherine Lépront n’était pas connue du grand public. Malgré une vingtaine de titres publiés, entre romans, nouvelles, essais. C’est qu’elle ne courait pas les plateaux de télé, ne traînait pas sur la terrasse du Flore. Elle préférait la quiétude d’un bureau, la densité d’une rencontre. Au reste, elle n’accordait pas d’interview, mais une conversation. Dans le charme de la discrétion. Issue d’un milieu médical, d’abord…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents