« La Vierge, les Coptes et moi » : Journal de bord d’un cinéaste

Avec la Vierge, les coptes et moi, Namir Abdel Messeeh signe une première œuvre drôle et légère, sans manquer de s’interroger sur la fabrique des films.

Jean-Claude Renard  • 30 août 2012 abonné·es

Boulogne-Billancourt, Noël 2009. Ce soir-là, le réalisateur narrateur s’en va retrouver ses parents, qui ont quitté l’Égypte en 1973. Lui est né à Paris « juste après » , précise-t-il, en voix off. Ses parents sont coptes, « cette minorité chrétienne qui ne s’est pas convertie à l’islam quand l’Égypte a été conquise par les Arabes » . À l’occasion de ce Noël, une amie relate l’apparition de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 4 minutes