« La Vierge, les Coptes et moi » : Journal de bord d’un cinéaste

Avec la Vierge, les coptes et moi, Namir Abdel Messeeh signe une première œuvre drôle et légère, sans manquer de s’interroger sur la fabrique des films.

Boulogne-Billancourt, Noël 2009. Ce soir-là, le réalisateur narrateur s’en va retrouver ses parents, qui ont quitté l’Égypte en 1973. Lui est né à Paris « juste après » , précise-t-il, en voix off. Ses parents sont coptes, « cette minorité chrétienne qui ne s’est pas convertie à l’islam quand l’Égypte a été conquise par les Arabes » . À l’occasion de ce Noël, une amie relate l’apparition de la Vierge, vue par des milliers de coptes, à Assiut, en Haute-Égypte. Elle en a rapporté la preuve sous forme d’une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents