Climat : un sceptique échaudé

Richard Muller, l’un des inspirateurs américains de Claude Allègre, reconnaît s’être trompé. Les « anti-réchauffistes » ont du plomb dans l’aile.

Alors que les écrits de Claude Allègre et de ses comparses continuent d’alimenter de ce côté-ci de l’Atlantique beaucoup de sites Internet et quelques revues, les « climatosceptiques » états-uniens viennent de perdre l’un des leurs parmi les plus connus et les plus écoutés : Richard Muller. Ce professeur de l’université de Berkeley, cofondateur d’un programme scientifique sur l’évolution des températures de la planète, a battu sa coulpe en expliquant à ses pairs et à ses étudiants que le réchauffement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents