L’argument catastrophique

Laurent Fabius prédit une crise en cas de rejet du TSCG. Mais son remède aboutirait à ce que le sort de la France se décide à Berlin.

Michel Soudais  • 27 septembre 2012 abonné·es

Ancien tenant du « non » au traité constitutionnel européen, Laurent Fabius, devenu ministre des Affaires étrangères, est en première ligne pour inciter les parlementaires de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Les faux culs du Traité
Temps de lecture : 2 minutes