Le bon filon de la dépendance

De plus en plus de personnes font appel à des assurances privées pour se couvrir en cas de perte d’autonomie.

Il ne fait pas bon vieillir en France. Après la réforme des retraites qui allonge la durée de la vie active, la prise en charge de la dépendance glisse doucement du secteur public au secteur privé. Et l’État ne semble pas pressé d’inverser la tendance. Certes, les chiffres ne sont pas encore alarmants, mais ils illustrent bien le manque de confiance et la peur qu’inspirent les moyens publics alloués à la santé. En 2011, le nombre de personnes ayant souscrit un contrat d’assurance dépendance a augmenté de 6…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.