Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Dossier : Les Verts face à leurs contradictions

Les Verts entre deux chaises

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quatre mois après la victoire de François Hollande, les socialistes ne font rien pour ménager la sensibilité des écologistes au sein du gouvernement. Nucléaire, gaz de schiste, aéroport de Notre-Dame-des-Landes, pacte budgétaire européen (TSCG)… Entre vraies ou fausses provocations, petites phrases lourdes de sens, rappels à l’ordre et mesures peu vertes, on a les oreilles qui sifflent à Europe Écologie-Les Verts (EELV).

Pour autant, il n’y aurait pas le feu à l’alliance, commentent presque unanimement les cadres d’EELV : il est trop tôt pour parler de bilan négatif et les vrais tests sont à venir, quand il s’agira d’accomplir les quelques promesses écologistes de François Hollande. Or, nous y sommes, avec la préparation de la loi de finances 2013 et, auparavant, la conférence environnementale (14 et 15 septembre). Les dossiers chauds ne manquent pas, avec en particulier une table ronde sur l’énergie.

Les écologistes ne font pas mine de découvrir les orientations productivistes des socialistes et l’intérêt secondaire que ceux-ci portent à leurs thèses. Ils sont également conscients de ne guère peser dans le rapport de force face à un PS qui tient presque tous les leviers. Alors, à mots couverts, ils disent espérer une conversion de l’allié, jugeant que la crise, sous toutes ses formes, ira en s’aggravant tant que lui seront appliqués des remèdes du passé. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, est devenu pour EELV l’incarnation de la fausse route.

Et puis les écologistes comptent se servir de leurs groupes parlementaires flambant neufs : si un minimum de solidarité gouvernementale contraint leurs ministres Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement), les 17 députés et 12 sénateurs EELV entendent s’exprimer librement. Un pied dans le gouvernement, un autre dehors, un peu de méthode Coué : on vérifiera vite si cette stratégie équilibriste permet aux écologistes de faire avancer leurs idées, ou s’ils se payent d’illusions.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents