Parutions de la semaine

Olivier Doubre  • 6 septembre 2012
Partager :

Le printemps silencieux

Rachel Carson, traduit de l’américain par Jean-François Gravand et Baptiste Lanaspeze, éd. Wildproject, « Domaine sauvage », 270 p., 14 euros.

Lorsqu’il paraît en France chez Plon il y a cinquante ans, ce pamphlet d’une biologiste américaine de l’université du Maryland fait l’effet d’une bombe tout en étant dénigré par de nombreux scientifiques.
Il a soulevé l’émotion aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et entraîné dix ans plus tard l’interdiction du DDT aux États-Unis.
Ce livre qui passe en revue les effets ravageurs des engrais, des pesticides et de tous les rejets chimiques industriels reste d’actualité, et sa relecture permet de comprendre que les lanceurs d’alerte ont hélas souvent raison.
Car, comme Rachel Carson l’explique dans sa conclusion : « Vouloir “corriger la nature” est une arrogante prétention, née des insuffisances d’une biologie et d’une philosophie qui restent à l’âge de Néandertal, où l’on pouvait croire la nature destinée à satisfaire le bon plaisir de l’Homme. » Cette réédition est préfacée par Al Gore.

Pour un socialisme vert, vers la société écologique par la justice sociale

Arno Münster, Ed. Lignes, 144 p., 12,50 euros.

Un petit manifeste pour rappeler que la transformation écologique de nos sociétés devra passer par la justice sociale.
Un essai bref mais dense de la part du philosophe franco-allemand Arno Münster, spécialiste de la philosophie marxiste, formé par la dernière génération la plus radicale de l’École de Francfort, en particulier Oskar Negt, et grand commentateur d’André Gorz.

L’institution en négation

Franco Basaglia, traduit de l’italien par Louis Bonalumi, préface inédite de Pierangelo Di Vittorio traduite de l’italien par Aurélien Blanchard, Ed. Arkhê, « Tiers Corps », 318 p., 19,90 euros.

Les textes du psychiatre italien qui révolutionna la prise en charge de la folie, rompant avec l’institution asilaire, et qui influença toute la psychiatrie dans un sens progressiste, à partir de son expérience de l’hôpital de Gorizia, dont il fit une institution « ouverte ».
Parus en 1968, ces écrits sont aussi issus des témoignages de ses collègues psychiatres, de membres du personnel soignant et des patients eux-mêmes.
Un livre majeur qui conserve de façon plus qu’étonnante son actualité et son caractère de transgression.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Mauvaises filles
Chronique • 25 janvier 2023

Mauvaises filles

L’historienne et féministe Christelle Taraud clame dans cette chronique son amour pour les « filles des champs ou du macadam, filles de fortifs ou de bidonvilles, filles de joie ou bien de peine »… et toutes les autres.
Par Christelle Taraud
Musulmans français, l’ethnicisation par la religion
Sociologie • 25 janvier 2023 abonné·es

Musulmans français, l’ethnicisation par la religion

Sociologue, Marie-Claire Willems s’interroge dans un essai fouillé et rigoureux sur l’identité musulmane dans la société française aujourd’hui. En montrant combien il est complexe de s’en détacher, telle une assignation d’origine ethnique. Et non une croyance religieuse.
Par Olivier Doubre
« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
Entretien • 25 janvier 2023 abonné·es

« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.
Par Vanina Delmas
Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial
Intersections • 20 janvier 2023

Critiquer l’intersectionnalité, ou l’épreuve de l’ordre zoosocial

Les catégories « humain » et « animal » n’existent pas a priori mais seulement au terme des processus d’humanisation et d’animalisation des individus. Ne pourrait-on attendre des approches intersectionnelles qu’elles incluent la frontière animal/humain à leur analyse de la structuration inégalitaire de l’ordre social ?
Par Kaoutar Harchi